Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2009

Rouen Perspectives : les cafés citoyens.

k0526955.jpgSixième édition des Cafés de Rouen Perspectives. Pour aller à la rencontre des rouennais, écouter, et parler vie des quartiers, mais aussi défendre des projets qui leur semblent importants pour Rouen et ses habitants, les Elus de Rouen Perspectives vous invitent à venir les retrouver dans le cadre de Cafés Débats.

 

La Démocratie Participative ou quand Rouen voudrait bien être Porto Alegre...

 

Si la démocratie participative est considérée à juste titre comme une avancée significative sur le chemin d’une concertation plus riche entre citoyens et élus, ses faiblesses de fond, ajoutées à une difficulté indéniable de mise en œuvre, doivent nous convaincre que la désirer est une chose, mais la mettre en place et en retirer tous les fruits attendus en est une autre…

Pour prétendre au statut envié de « ville participative », et pouvoir bénéficier pleinement de tous les fruits attendus, il ne suffit pas de tenir au courant les citoyens, par le journal de la commune, et de solliciter un vague avis par des débat plus ou moins biens suivis.
Alors où en est aujourd’hui la démocratie participative à Rouen ?

votre avis nous intéresse,

 

Alors venez nous retrouver Au BAR DES FLEURS - Place des Carmes à Rouen., le Jeudi 9 Avril à 18H30.

Commentaires

Je prends un peu de mon temps pour vous livrer mes idées qui valent ce qu'elles valent sur la notion de la "démocratie participative"

D'abord une précision:Surtout, ne pas faire de comparaison avec Porto Alegre. Si à Porto Alegre, on en est là, c'est grâce à la mobilisation citoyenne qui dans son histoire a su créé un rapport de force obligeant ainsi le nouveau pouvoir à écouter la base. Ils sont même allé plus loin....
"D’autre part, les habitants se voient confier la responsabilité de déterminer l’affectation des investissements réalisés par la municipalité de Porto Alegre. Un suivi et un contrôle des travaux sont effectués. Le budget participatif a été mis en place pour la première fois en 1989. Au cours de cette première année, 780 habitants y ont participé."

http://www.igapura.org/porto_alegre.htm

En France la Démocratie participative EST à construire

Je ne remets pas en cause la pratique même. après tout, si la majorité des Français ne veut pas s'approprier l'espace de liberté d'expression et d'association aux décisions, il est logique que ceux qui le souhaitent soient là où ils sont. Mais pitié...........qu'on ne fasse pas référence à Porto Alègre.
C'est une insulte à l'histoire de cette région dont les habitants ont su, après des années de dictature, s'organiser et prendre des positionnements amenant le parti des travailleurs à associer les associations citoyennes à la décision institutionnelle.

En France, nous n'en sommes pas là. Ceci dit, je rends hommage à Ségolène Royal qui a su impulser une démarche dans le Poitou Charente qui force le respect.

Sauf que.....La sociologie de notre pays ne nous permet pas de calquer sur un modèle qui puise sa force de son histoire....... La nôtre est différente. L'épuisement des forums sociaux en France issus de Porto Alegre prouve que la sociologie française induit une autre pratique de la démocratie participative.

Icelle n'est pas ancrée dans notre histoire. Le français ne s'y intéresse pas en général. Ou alors quand ils s'y intéressent, c'est généralement dans le cadre d'un effet de mode. En ce moment, c’est bien de parler de démocratie participative…..

La démocratie participative s’organise par le volonté populaire. Elle ne se décrète pas. Et lorsqu’un élu Veut qu’elle existe, ce dernier doit laisser faire les choses en partant de la base. Partir de la base, c’est d’abort donner les moyens financiers et techniques à une cité de pouvoir s’organiser dans ce cadre sans être encadrée par des partisans politiques de l’élu (ue).

Selon moi, une vraie démocratie Participative doit laisser le champ libre au citoyen. Ceci dit, je rappelle que les élus sont aussi, à la base des personnes référents du peuple. Ce n’est plus vrai dans le cas d’un scrutin majoritaire à deux tour et dans le cadre de l’agglo….

Voila, c'éait mon point de vue au niveau général. Je reviendraiplus tard dans la semaine pour vous livrer mes impressions sur Rouen.

J'epère ne pas avoir été trop long.

Écrit par : fred Quillet | 29/03/2009

La démocratie participative ne devrait-elle pas commencer par l'application de la démocratie tout court ? Ne pas faire de publicité pour l'enquête d'utilité publique sur la modification du PLU ne me parait pas aller dans le sens de la démocratie participative qui à Rouen semble plus être une posture pour certains (j'y enlève l'adjoint en charge qui semble lui y croire) qu'une véritable conviction.

Écrit par : pouicpouic | 29/03/2009

T'es pas sympa nicolas......

alors que jeme désintoxique des blogs, tu nous mets un thème qui m'est cher!!!!

Bref........Je vais encore prendre un peu de temps avant de bosser.


Réponse à pouic pouic,

Comme je le disais dans mon dernier commentaire, la démocratie paricipative est à construire en France.

Ce n'est pas une pratique naturelle chez nous. Nous sommes dans la démocratie représentative.

Depuis 2000 certaines villes s'y sont mises. Vous voyez, c'est un concept vieux dans la théorie, certes, mais tout nouveau dans son applicaton.

Pour Rouen, l'adjoint au Maire de la periode de Pierre Albertini, a su prendre des initiatives positives dans la construction de l'organigramme de la Démocratie locale. Ainsi,je retiendrai la notion d'inter comission permettant aux divers conseillers de quartiers de se retrouver autour d'une même thématique.

Par contre, j'ai en mémoire énormément de choses négatives de sa part et de la part de l'équipe dirigeante qui sont dûes à une méconnaissance de la philosophie de la démocratie particpative et à une volonté de structurer pOLITIQEMENT les conseils de quartier (communication sur le contournement EST.......et bien d'autre sujets politques imposé par Bruno Devaux dans les débats)

L'actuel Maire Adjoint attaché à la démocratie locale et participative, voit les choses nettement dfféremment.

Je ne parlerai pas de la philosophie politique qui a mené à ces changements mais plus les méthodes qui ont évolués vers un autre fonctionnement, un autre état d'esprit.

Plus de débats et de concertations. Plus d'écoute de la part des élus (es). A sein des réunions des conseils de quartier, il n'est pas rare de voir d'autre élus (es) que Mr Bérégovoy;

La démarche es donc bien entamée. Mes regrets ? plutôt mes souhaits ? Espérer qu'il y aura plus de jeunes dans les conseils.

Espérerqu'il yait plus de citoyens présent, actif non engagés politiquement dans les CQ;

Mais tout celà vient du fait qe la démocratie participative n'est pas dans nos habitudes.

Inexistantes sous Lecanuet.....Balbutiante sour P. Albetini, elle prend cette fois -ci un autre élan sous Valérie Fourneyron parcequ'elle a délégué au sein des services un élu convaincu !

Alors pouic pouic ettous les autres, n'oubliez pas une chose, la démocratie est encore une jeune notion en France.

J'epère que vous serez plus participatif dans vos commentaires que "politique". On trouvera toujours le détail qui sera négatif qui serasujet à polémique.

Ceci dit, la dynamique est enclanchée à Rouen et c'est très bien.

Il y ades points sombre encore dans la pratique de la démocratie parmi nous et c'est normal dns la mesure ou la notion de démocratie part dans un premier temps de la notion de respect.

Or, en france, la vie politique n'est pas toujours respectueuses de ses acteurs.

Mais ceci est une autre histoire.

Et maintenant, au boulot et bon réveil à vous toutes et tous.

Écrit par : Fred Quillet | 30/03/2009

Démocratie participative....vaste sujet, je ne pourrais pas être des votres pour ce café, j'aimerais cependant dire ce que j'en pense.

Tout d'abord avant de mettre en place la démocratie participative il faut que la démocratie "tout court" soit respectée. Il y a déjà beaucoup à faire sur ce sujet sans que l'on mette en place cette idée. Quelqu'un a parlé du PLU plus haut mais nous aurions pu parler également des commissions etc...Avant la démocratie participative il y a donc a respecter le rôle des élus, qu'ils soient dans la majorité ou dans l'opposition. Poussez jusqu'au bout l'idée de democratie est pour moi le premier pas, avant tout autre, et cela passe par le travail des élus (qui rappelons-le sont élus par le peuple).

Ensuite sur la notion de démocratie participative je suis partagé car j'y vois beaucoup de limite.
Tout d'abord quid du rôle de l'élu? Celui ci pour moi doit savoir mettre en oeuvre des projets et mené une politique sans part pris et au dessus de notion partisane. Il doit en outre prendre des risques et donc prendre des décisions. Il y a un risque avec la démocratie participative (DP) que ce rôle se réduise et qu'il ne devienne en fait plus qu'un agent adminiatif qui enregistrerai les décisions des conseils ...participatif (?)
Ensuite quid du rôle des élections? Effectivement les élections sont le ciment de notre démocratie, le peuple choisit librement. Les conseils participatifs, comment sont-ils créés? sur quelle base? sont-ils représentatifs du peuple ou des personnes qu'ils disent représentés? Cela rejoint la question sur le rôle de l'élu
Enfin comment ne pas penser que ceux qui siégent dans les conseils participatifs sont ceux qui auront le plus de temps pour y aller, sont ceux qui y vont parce qu'ils ont un interet particulier à defendre au détriment de l'interet général (sorte de lobbying), sont ceux qui parce qu'ils ont perdu aux elections reviennent par cette porte.
Certes je peins le tableau un peu en noir, mais il y a des questions réels et de veritable risques.
Dès fois l'élu à le courage que l'opinion n'a pas (cf peine de mort notamment, ou plus légérement sur un sujet architectural: la pyramide du louvre)

Écrit par : pierre-andre | 30/03/2009

Les commentaires sont fermés.