Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2009

Peut-on tout justifier au nom de la démocratie participative ?

dp.jpgOnzième édition des Cafés de Rouen Perspectives. Pour aller à la rencontre des rouennais, écouter, et parler vie des quartiers, mais aussi défendre des projets qui leur semblent importants pour Rouen et ses habitants, les Élus de Rouen Perspectives vous invitent à venir les retrouver dans le cadre de Cafés Débats.

 

Peut-on tout justifier au nom de la démocratie participative ?

 

Améliorer la communication entre élus et citoyens, retrouver la portée symbolique de l'action publique en se rapprochant de l'électeur : la volonté de l'élu de changer les choses s'exprime notamment en sollicitant les suggestions des citoyens.

 

Du sondage à la consultation citoyenne, on le voit bien, le citoyen se doit d'être au centre de l'action politique. Entendre ses attentes et ses revendications semble être un minimum si l'on escompte un jour son vote pour le représenter.

 

L'enthousiasme se doit pourtant d'être circonscrit : si l'écoute doit-être omniprésente, peut-on toutefois construire un programme ou une action politique dans la conduite des affaires en fonction de  sondages d'opinions ou de promesses électorales qui peuvent vite devenir intenables ?

 

Votre avis nous intéresse.

Alors venez nous retrouver Au BAR DES FLEURS - Place des Carmes à Rouen, le Jeudi 19 Novembre 2009 à 18H30.

05/11/2009

Ouvrir la Ville au Handicap : du mieux mais doit persévérer.

handicap.jpg

les cafés de Rouen Perspectives intéressent : preuve en est, après la présence de Christine Rambaud sur celui consacré à la propreté, la présence de Robert Foubert -en charge du handicap pour notre ville- que nous y avons accueilli  avec plaisir.

 

Nos opinions convergent :   La France est en retard et  il reste beaucoup à faire. Il est malheureusement à déplorer que la ville n'entreprenne pas -de manière visible- les aménagements qui pourraient la rendre accessible à tous. Il faut faire une vraie politique d'aménagement rationnel des trottoirs, des rues, des réseaux de bus, du nombre de places handicapés et de sensibiliser les citoyens au respect de ces places.

 

Pierre Albertini avait l'intention de faire bouger la ville en mettant sur sa liste une personne à mobilité réduite. Qui mieux qu'une personne atteinte de handicap  peut éviter ou déceler et remédier à certaines aberrations qui nous pourrissent fréquemment notre quotidien

 

CE QUI A ETE FAIT DEPUIS 2008 et ce qui est envisagé

Voirie

On peut constater quelques progrès au niveau de la voirie, mais il faut  être réaliste, ils correspondent  à l'exécution minimum des engagements de la ville. En effet Rouen a des obligations car d'une part elle a signé en 1996, puis en  2002, une chartre « ville-handicap » et d'autre part elle doit se conformer à la loi du 11 février 2005 sur l'égalité des droits et des chances qui  doit permettre aux personnes en situation de handicap une participation effective à la vie sociale grâce à l'organisation de la cité autour du principe d'accessibilité généralisée, qu'il s'agisse de l'école, de l'emploi, des transports, du cadre bâti ou encore de la culture et des loisirs.

 

Accès à la vie culturelle :

Le GIHP -Groupement D'Insertion des Handicapés Physiques en collaboration avec la ville de Rouen facilite depuis plusieurs années l'accès à la vie culturelle des personnes handicapées physiques et sensorielles.C'est avec cette même association qu'en janvier 2009 une convention de développement culturel a été signée entre la ville de Rouen et  le GIHP. Aboutissement d'un travail de longue haleine  commencé  par Catherine Morin-Desailly pour lutter contre l'exclusion  et intégrer les personnes porteuses d'un handicap dans le programme culturel de la ville. Cette convention est un grand pas en avant pour tous les handicaps et spécialement pour les malvoyants et les malentendants.

 

Accès aux monuments rouennais :

 

Un diagnostic sur l'état d'accessibilités vient d'être rendu. On peut distinguer les monuments :

DÉJÀ ACCESSIBLES mais pouvant souvent subir quelques améliorations : Musée des Beaux-arts, Conservatoire régional, Muséum, Chapelle Saint-Louis, théâtre des Arts, Centre Malraux, Les Bibliothèques  de St Sever ; Parment, Grand'Mare --

CEUX QUE LA VILLE PRÉVOIT DE  RENDRE ACCESSIBLES : la majorité des églises qui n'ont pas d'accès en auront et des travaux seront exécutés à  la bibliothèque Villon - sans commentaires-...

 

LISTE DES MONUMENTS NON CONCERNÉS : IMPRESSIONNANT

Le gros horloge, le pavillon Flaubert, la maison natale de Corneille, le musée de la Céramique, le musée le Secq des Tournelles et la bibliothèque des Capucins. Pourtant beaucoup de villes se sont munies de monte-escalier, facile à adapter sur presque tous les escaliers.... C'est un choix politique, ce n'est pas celui fait par l'actuelle municipalité.

Au final, du mieux, mais doit persévérer.