Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2010

Rouen Capitale : Entre état des lieux et réalisme, il y a encore du chemin à parcourir.

image-4.jpgLes cafés de Rouen Perspectives intéressent : preuve en est la présence nombreuse de rouennais venus débattre avec nous d'un sujet d'importance : la place de Rouen au sein des collectivités, et l'ambition de pouvoir prétendre un jour au rôle de capitale régionale, à l'instar de villes comme Lyon, Lille, Nantes...

Une ambition partagée par tous, mais pour laquelle la méthodologie différe, suivant que l'on ambitionne d'être la tête de pont de l'Agglomération, et d'en prendre réellement les commandes, ou bien de jouer en seconde division, en attendant sur le banc de touche que le chef d'équipe veuille bien vous confier un rôle.

Dès lors, le réalisme s'impose à tous, au son des dernières fermeture de services à Rouen et par la présentation du classement des villes les plus dynamiques de France de l’Express (du 2 Juin 2010) où le classement de Rouen est particulièrement mauvais.

Dès le début de la discussion, la question de la réunification de la Normandie et de la comparaison de Caen et de Rouen est posée. En effet pour plusieurs intervenants, la réunification en faisant de Rouen la capitale de la Normandie entière pourrait être un levier de développement très important. Cependant comme l’expriment plusieurs participants le manque de volonté politique forte à la fois au plan local et au plan national fait que cette réunification reste pour le moment improbable à court ou moyen terme. Le débat reste d’ailleurs ouvert sur les modalités pour que cette réunification soit acceptable par les Rouennais. Le problème plus général du manque de perspective à la fois à long terme et à un niveau national des dirigeants rouennais est lui aussi évoqué à ce sujet.

Le débat passe ensuite sur la question du dynamisme des Rouennais : pour de nombreux intervenants, Rouen demeure une ville peu incline au changement et au dynamisme, une « belle endormie » à qui manque sans doute le côté « ville universitaire » qui donne de l’animation et de l’éclat à de nombreuses villes de province. La proximité de Paris est elle aussi évoquée, les intervenants y voyant à la fois une chance et un problème pour Rouen.

Plusieurs points sont ensuite passés en revue pour voir les atouts et les problèmes de Rouen :

Le formidable patrimoine architectural de la ville est sans conteste un atout majeur mais les manques de l’hôtellerie et de structure adaptée pour recevoir des congrès ne le valorisent pas à sa juste valeur. La mise en place d'un pass donnant droit à des avantages sur les visites et assurant les transports en commun se doit d'être creusée, comme cela se fait déjà dans de nombreuses villes étrangères au fort potentiel historique.

La ville possède de nombreux atouts économiques, avec la Seine et le Port de Rouen, le pôle Mov’eo, la présence de quelques grandes entreprises (la Matmut notamment) et la « grande zone commerciale à ciel ouvert » que représente le centre-ville de Rouen. De même, Rouen est une ville sportive qui excelle dans plusieurs domaines (sports nautiques, hockey sur glace, baseball notamment). Cependant la présence de nombreuses installations étudiantes et des logements afférents à Mont-Saint-Aignan, ville mal desservie notamment la nuit empêche le développement d’une vie étudiante dynamique au sein de Rouen même.

Enfin, le débat porte sur le fait que l’actuel maire de Rouen ne dispose pas d’un poids politique suffisant que ce soit au plan national ou même au sein de sa propre agglomération verrouillée par le premier adjoint de Grand-Quevilly Laurent Fabius, peu enclin à laisser jouer en solo une femme qui aura su gagner sa ville dès le premier tour, avec un score à faire pâlir plus d'un cacique du Parti Socialiste.

Un amer constat qui laisse penser qu'il manque à Rouen une femme ou un homme politique d’envergure nationale avec une vision prospective de sa ville, ayant envie de s'y investir, à l'instar d'une Martine Aubry à Lille, d'un Alain Juppé à Bordeaux, ou d'un Gérard Collomb à Lyon....la liste est longue, mais hélas pour nous, Rouen ne figure toujours pas sur la liste.

 

Commentaires

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE ARTICLE

Écrit par : SerpZone.fr | 09/11/2014

Les commentaires sont fermés.