Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2009

Un soupçon de bio...et une grosse dose d'idéologie.

2044432911.jpgLe bio dans les cantines est plébiscité par les Français pour la santé : en effet, 71 % d’entre eux jugent qu’il est « prioritaire » de l’introduire dans les assiettes des cantines scolaires, notamment pour la santé des enfants. Par ailleurs, 78% pensent qu’introduire le bio dans les assiettes scolaires est « un acte écologique ». Sans raisonner au son des sondages, aller vers une meilleure qualité de ce que mangent nos enfants se doit d’être le but recherché.

 

Autant faut-il préalablement en définir collectivement les objectifs :

 

L’expérience montre que les démarches associant l’ensemble des acteurs (élus, gestionnaires, responsables des achats, cuisiniers, diététiciens, convives, enseignants et parents d’élèves en milieu scolaire…) ont plus de chances d’être couronnées de succès, même si fédérer tout le monde n’est pas toujours facile.

 

Quels objectifs doit-on se fixer dans l’introduction de produits bio ?

 

Introduire quelques produits tous les jours ou organiser un repas bio par semaine ou par mois ? Communiquer sur la bio uniquement, ou en profiter pour aborder l’importance d’une alimentation équilibrée et de qualité? Ou encore rassurer les convives (et les parents, en milieu scolaire) sur la qualité et la sécurité alimentaire ? Ou encore faire comprendre le lien entre agriculture, environnement et alimentation, et l’urgence de préserver les ressources naturelles ?

 

Un sujet où bien sûr dès que l'on aborde le thème du mieux manger pour une meilleure santé de nos enfants, on ne peut qu'être d'accord, mais qui ne doit pas pour autant laisser place à la doctrine, mais répondre à un certain pragmatisme. Alors le Bio, oui, mais pas à n'importe quelle sauce, car passer, dès demain, tout l'approvisionnement des cantines de Rouen en bio, ce n'est pas si facile que cela.

Et c'est bien là le problème, le bio français est en faillite total, et c'est moins de 2% des surfaces agricoles de notre région qui sont consacrées de façon artisanale à ce type de culture. La carotte et la pomme de terre viennent maintenant d'Italie, la framboise de Pologne... seul le brocolis pourrait être fourni en quantité suffisante. Alors quand on parle d'approvisionnement en cycle court, on le voit bien, si l'on doit faire parcourir 2000 kms en camion à nos chers légumes, le bénéfice environnemental de l'opération paraît pour le moins amoindri.

 

Dans le primaire, c’est au Maire de fixer la participation financière des familles sur la base du quotient familial. Dans le second degré, le prix du repas est arrêté en conseil d’administration. Dans tous les cas, le prix facturé n’est pas le coût du repas même s’il est si faible qu’on peut s’interroger sur la qualité : Quel est le prix d'un repas ?

 

La restauration scolaire est régie par la circulaire interministérielle du 25 juin 2001. Celle-ci tient compte des normes et exigences actuelles et avance des recommandations en matière de nutrition et de mise en oeuvre dans les écoles et les établissements scolaires.

 

Les cantines sont placées sous le contrôle du Ministère de l'Agriculture.

 

Le tarif est librement fixé par la collectivité compétente depuis le décret du 29 juin 2006. Mais il ne peut dépasser le coût du service rendu y compris les investissements mais moins les subventions reçues - Ouf ! Il peut être aussi modulé selon le revenu et le nombre de personnes du foyer - le plus souvent selon le quotient familial.

 

Le coût d’un repas à la cantine :


Un repas est facturé aux familles en moyenne 3,66 €.

Le fournisseur facture à une Mairie en moyenne 1,98€ hors taxes par repas qu’il décompose en prix des denrées 1,37€ *, main d’oeuvre 0,24€ , ... et une marge de 0,06 € (chiffres 2000).

Au coût de fabrication et fourniture des repas, s’ajoutent les frais de personnel communal (3,66€ /repas) qui assure la préparation, les services, l’animation du temps périscolaire (interruption entre midi et deux heures).

Il faut aussi ajouter les frais d’électricité, d’eau, d’entretien, ... (0,61€) et l’ensemble des frais de gestion (0,3€).

Pour un total d’environ 6,4€à 6,86€ par repas en primaire et jusqu’à 10€au collège et au lycée, qui est donc partiellement pris en charge par la collectivité.

Mettre en place une alimentation estampillée bio (AB) coûte selon les cas de 0,15€ à 0,23€ par repas. Beaucoup moins si on la réserve à la viande de boeuf et d’agneau.

 

A Rouen, la restauration scolaire c’est :


Chaque école dispose d’un restaurant scolaire. La fourniture des repas est assurée selon le principe de la liaison froide.

Pendant les repas et l’après-repas, les enfants sont encadrés par des enseignants ou des personnels rémunérés par la Ville.

Les 54 écoles sont desservies par la cuisine centrale de la société Avenance.

Inscription :

À l’arrivée le matin à l’école, l’enfant introduit la carte Atout dans la borne et saisit sur le clavier la touche correspondant au repas.

Pour remplir le dossier d’inscription :

mars/avril : pour les nouvelles entrées à l’école, remplir un formulaire pour solliciter l’envoi du dossier d’inscription à votre domicile.

juin : pour les enfants déjà scolarisés, les dossiers sont disponibles dans les écoles.

toute l’année : les dossiers peuvent être retirés à l’Hôtel de Ville, dans les Mairies annexe et à la mairie itinérante.

Tarifs

Ils sont déterminés en fonction du quotient familial.

Règlement

La famille reçoit une facture et effectue le règlement à l’émetteur.

Tous les repas non pris sont décomptés.

A Rouen, pour l’année 2006/2007 nous avions besoin de 776 002 repas pour les scolaires. (36 % pour les maternelles,

54 % pour les primaires, 10 % pour les adultes accompagnants). La redevance perçue par la ville de Rouen est de l’ordre de 225.000 € par an soit 0,26 € par repas.

La cuisine centrale fabrique actuellement 11 000 repas par jour dont 5 500 pour les scolaires de Rouen. Le reste (la moitié !) est redirigé vers d’autres structures de restauration collective jusqu’à Creil (Oise).

 

La gestion : A Rouen, depuis le 18 octobre 1993, la gestion des cantines scolaires est confié à la société Avenance.


Au travers du rapport de synthèse 2006/2007 transmis par la société Avenance, il convient de s’arrêter sur quelques chiffres :

- Entre 2006 et 2007, la société Avenance a servi un total de 776 002 repas pour les écoles élémentaires et maternelles rouennaises, ainsi qu’aux adultes « personnels de service, surveillants et enseignants »

- Le prix unitaire du repas a été stable pour s’élever à fin 2007 à 5,957 € TTC.

- Les prix des repas facturés aux familles relevant de la Ville, sont fixés chaque année par décision du Maire, en fonction du quotient familial : le prix du repas facturé aux familles se trouve donc compris entre 0,71€ à 3,30€. Depuis la mise en place de la « carte atout » en octobre 2006, la facturation et l’encaissement auprès des familles sont assurés par la régie municipale.

- D’après les chiffres fournis par la société Avenance, le prix de vente moyen d’un repas en 2006/2007 s’élevait à 5,62€ pour un coût moyen de 5,64€ ; sur la période 2005/2006, ces chiffres étaient respectivement de 5,56 € et 5,04 €.

- 2 redevances sont versées à la Ville par le délégataire. Une est liée à l’occupation du domaine public, elle est d’un montant de 11 465€ en 2006/2007. Par ailleurs, Avenance a été autorisé a utiliser les restaurants scolaires pour confectionner des repas destinés à des écoles d’autres commune ( la ville de Creil par exemple), à des associations. A ce titre, une redevance correspondant à 10% du prix de vente de ces repas est versée à la Ville. Celle-ci a rapporté 246 333 € lors du dernier exercice.

- Dans le cadre de la délégation de service public qui lui a ainsi été accordée, il est à noter que la société Avenance a respecté les conditions imposées en terme de sécurité alimentaire et de formation des personnels, et que des travaux d’entretien, d’amélioration et de remplacement ont été pris en charge dans un certain nombre de bâtiments, animé des manifestations comme la semaine du goût, les repas de noël, galettes des rois…et mis en place le principe de « self qui fait grandir » à l’intention des élèves de classe élémentaire et de maternelle.

- La société Avenance emploie 33 personnes au niveau de la cuisine centrale (33 CDI - 1 CDD), issues essentiellement de Rouen et des environs.

 

Et ailleurs dans l’Agglo ?

 

Bihorel : régie municipale

-600 repas par jour ( écoles, crèches, foyers des anciens, accueil des loisirs)

-un repas bio tous les deux mois

Bois-Guillaume : prestataire (Avenance)

Darnétal : régie municipale

Sotteville-lès-Rouen : prestataire (scolarest)

Grand-Quevilly : régie

- 1700 repas par jour

Petit-Quevilly : régie

- Assure les repas des écoles, des résidences pour personnes âgées, des centres de loisirs

Saint Etienne du Rouvray : régie – gestion par la caisse des écoles.

 

Le groupe des Verts affirme que l'intégration du bio au niveau de la cantine scolaire est indissociable d'une reprise en gestion directe. Toutefois, aucune argumentation sérieuse n'a pu nous être fournie pouvant étayer cette affirmation, si ce n'est la sempiternelle théorie que la délégation à une entreprise privée, donc faisant des profits, serait en total contradiction avec les notions de service public et de qualité. Une "vérité" qui se trouve toutefois mise à mal par le choix récent de la municipalité socialiste de Saint Etienne, qui contrairement à Rouen, a décidé de confier au privé la gestion de ses cantines scolaires avec des objectifs d'alimentation bio de proximité nettement plus ambitieuses que celles que l'on nous annonce.

 

Plus d'infos :


http://www.repasbio.org/
http://www.terra-economica.info/a4328.html
http://www.avenance.fr/enseignement-presentation.aspx
http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/IMG/pdf/G4_Synthese_Rapport.pdf